Peindre au black : tarif et risque

Peindre au black : tarif et risque

La peinture est l’un des métiers du bâtiment les plus exercés ainsi, il dispose de plusieurs travailleurs au noir. Malgré son illégalité, plusieurs personnes ne cessent de recourir à celui-ci. Quel est le tarif d’un peintre au black et quels sont les risques encourus après embauche d’un peintre au black ? Dans cet article, il sera question du budget qu’il faut et des inconvénients lors de l’embauche d’un peintre au black.

Peintre au black : définition

Le travail au noir encore appelé travail dissimulé consiste à ne pas déclarer ses travaux réalisés. Cet état de choses est illégal. En tant que particulier, il s’agit de solliciter un artisan qui réalisera les travaux sans établir de devis ou de contrat que celui-ci rémunérera en argent liquide.

Le tarif d’un peintre au black

Les travaux au black consistent à réaliser des chantiers non déclarés. Cette pratique permet à l’artisan de faire des économies, car il ne paie aucun impôt. Ainsi, les revenus qu’il percevra ne seront pas déclarés à l’administration fiscale. Cet état de choses permet à l’artisan de proposer un tarif très abordable. Ce qui rend le tarif d’un peintre au black très intéressant aux yeux du client.
En effet, qu’il soit déclaré ou non, il existe deux types de facturation de peinture chez un artisan peintre. Le coût du travail peut être fixé au taux horaire après que celui-ci ait estimé le temps des travaux. Pour un tarif au mètre carré, le prix est calculé à partir de la surface à peindre. Le tarif d’un peintre au black est en principe 30 % moins cher que pour les professionnels déclarés. En effet, un peintre professionnel demandera entre 30 et 40 euros par heure avec fournitures.
Cette somme est surtout pour la peinture et le matériel nécessaire pour les travaux. Dans le cas où le professionnel ne déclare pas ses activités, le tarif peut être revu. Ainsi, le promoteur du chantier pourra obtenir un rabais d’au moins 25 % sur le prix de la prestation. Le tarif d’un peintre au black est donc en moyenne de 15 euros à 20 euros par heure. De plus, le paiement de cette prestation se fait en espèce afin d’éviter que la transaction soit tracée.

Les risques à engager un peintre au black

Le domaine du bâtiment est celui qui comptabilise le plus de travailleurs au black. En effet, comme les prix de professionnels sont élevés et leur disponibilité parfois peu flexible, certains clients préfèrent se retourner vers le travail au noir. Le tarif d’un peintre au black est moins élevé, mais comporte assez de risques. Au nombre de ces risques, il y a :

Un risque d’amande

.
Plusieurs risques sont encourus en engageant un peintre au black. D’abord, la peinture au noir est illégale et condamnable. Les sanctions pénales sont lourdes pour l’employeur comme pour l’artisan. Ainsi, l’employeur risquerait une peine de prison de 3 ans maximum et une amende de 45 000 euros, e plus si l’artisan employé sur le chantier est un mineur. Dans ce cas, le promoteur du chantier peut encourir une peine allant jusqu’à 75 000 euros et une peine d’emprisonnement de 05 ans.

Un risque de travail mal effectué

Ensuite, l’un des risques que prend le promoteur de chantier est de tomber sur un mauvais travailleur. Celui-ci s’improvise bricoleur à ses heures perdues. Ainsi, si les travaux de peinture sont mal effectués ou non effectués, l’employeur n’a aucun recours. Il sera donc obligé de refaire la peinture ou de trouver un autre peintre.
En effet, un peintre travaillant au black n’est pas assez professionnel. Il peut disparaitre avec l’argent de l’employeur sans faire ou finir les travaux demandés. Il peut également acquérir de la peinture de mauvaise qualité et la facturer à des prix irréalistes. De plus, le peintre au black peut mal harmoniser la couleur, ce qui pourrait causer un mauvais résultat sur la façade du chantier. Dans d’autres cas, celui-ci propose un tarif d’un peintre au black très élevé et au final, déçoit l’employeur par la mauvaise qualité du travail

Une responsabilité juridique engagée

.
Enfin, en cas de dégâts pouvant découler des travaux de peinture au black, aucune assurance ne garantit prend en charge. Cela est également valable pour un accident corporel. Ainsi, lorsqu’un accident survient au cours des travaux du peintre au black, le promoteur du chantier ou employeur est juridiquement responsable. Le peintre au black pourrait même le poursuivre et exigeant untarif d’un peintre au black plus élevé.
Afin d’éviter tous ces graves désagréments, le mieux à faire est d’accepter de payer le véritable prix de prestations en faisant appel à un professionnel qualifié et déclaré. Le résultat sera de meilleure qualité et en cas d’accident, le promoteur de chantier sera couvert.

Le risque de se faire voler en son absence

Cela peut paraître inoffensif, mais un travailleur mal intentionné peut saisir l’opportunité pour voler son employeur. Il peut profiter de l’absence de l’employeur si celui-ci veut aller faire une course, s’il est allé au travail, ou s’il alaise ses clés. Ce vol ne pourra être remarqué que plusieurs jours après. Ainsi, l’employeur n’aura aucun moyen de prouver que le peintre au black est l’auteur du vol. Lorsque celui-ci se rend au commissariat, la situation peut être retournée contre lui dans la mesure où la police se rendra compte de l’illégalité des travaux.

Des risques de dénonciation

Hormis les risques encourus avec le travail du peintre au black, il y a également les risques de dénonciation d’un voisin malveillant. De plus, un peintre au black employé de manière récurrente (pendant au moins 5 ans) peut se retourner contre son employeur et le dénoncer. Il peut également le faire chanter en exigeant un tarif d’un peintre au black plus élevé. Il lui suffira d’apporter les preuves montrant qu’il a travaillé pour le compte de celui-ci (témoignages d’un voisin, échanges de messages). Cela peut coûter très cher au promoteur de chantier. Celui-ci pourra être condamné à :
• Verser des indemnités de licenciement que le peintre au black aurait pu percevoir à la fin de son contrat ;
• Rembourser des allocations chômage dans le cas où le peintre au black percevrait des indemnités du pôle emploi ;
• Rembourser des charges sociales avec une majoration de 25 %;
• Verser des indemnités compensatrices comme des congés payés ou de préavis de licenciement.
Pour éviter tous ces désagréments, le mieux à faire est de recourir aux travaux d’un professionnel déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *